25 février 2013

Le CV citoyen......Omar Sy ouvre la voie ! !

Le rapport 2013 sur l'état social de la France et de ses régions, réalisé et présenté le 19 février dernier par l'Observatoire du Dialogue et de l'Intelligence Sociale (ODIS), étudie et présente la corrélation entre lien social et performance. Dans un objectif de progrès, il propose un certain nombre de leviers d'action et d'outils concrets de transformation sociale.

Parmi eux, le CV citoyen qui valorise la dimension extra-professionnelle, rompant ainsi avec  le CV essentiellement tourné vers la formation et l'expérience professionnelle. Lancé conjointement il y a un an par l'association Odissée et Syntec Conseil en recrutement, il se présente comme une alternative au "CV anonyme" qui a rencontré un accueil mitigé. Le CV citoyen, en effet, a pour objet, lui aussi, de lutter contre les discriminations à l'embauche en donnant leur chance à des candidats au parcours plus atypique, mais aussi en offrant l'oppportunité aux candidats de se faire mieux connaître dans leurs aspirations, leurs compétences acquises et leurs capacités d'innovation et d'engagement,  sans pour autant minimiser la formation scolaire et universitaire. Il s'agit d'un enrichissement.

"Intouchables", un film plein d'enseignements.
De façon fort intéressante et convaincante, Jean-François Chantaraud, directeur de l'ODIS , nous ramène au film "Intouchables" et y décrypte un message caché. En effet, il nous montre comment, sans diplôme, avec un passé obscur, issu des "cités", un candidat (Omar Sy) réussit, sans aucune référence dans le domaine de compétences recherché, à séduire le recruteur (François Cluzet), en laissant percevoir les qualités humaines et le savoir-être qui lui permettront d'acquérir les compétences "techniques" indispensables et de remplir parfaitement sa mission, en dérangeant l'ordre établi par sa capacité d'innovation et ses prises de risques.

Voir l'article de JF Chantaraud

Des CV qui ne disent pas tout
En effet, comment cerner toutes les qualités d'un candidat  au seul examen du CV traditionnel ? Certes, on pourra avoir l'assurance d' "une tête bien faite", mais est-ce suffisant ? Est-ce l'assurance de la meilleure adéquation possible à un emploi donné, au dynamisme et aux capacités d'innovation indispensables dans une société en crise ?

- Un jeune qui s'est engagé dans l'animation d'une équipe sportive n'est-il pas préparé à l'encadrement d'une équipe de travail ?
- La présidente d'une association culturelle n'acquiert-elle pas des compétences pour négocier, animer des réunions, parler en public, gérer un budget, communiquer ?
- Le responsable d'une association d'aide sociale n'a t-il pas acquis des compétences d'écoute, de dialogue et de savoir-faire face à la diversité des bénéficiaires ?
- Un responsable d'association humanitaire n'a-t-il pas acquis des compétences en logistique et en organisation?
- La participation à un think tank sur des questions de société n'ouvre t-elle pas la voie à la prise en charge de dossiers à connotation stratégique ?

Aujourd'hui, l'engagement et la prise de responsabilités extra professionnels sont insuffisamment valorisés et peu présents dans les CV des candidats...tout au plus à la rubrique "divers", véritable fourre-tout.

Pourquoi ?
Un certain conformisme et une frilosité à sortir du cadre français de la valorisation excessive du diplôme ? 
Suspicion devant un candidat "qui sort du cadre" ?
Des efforts pour la promotion de la diversité et de la lutte contre les discriminations mais contreblancés par une exigence exclusive des diplômes ? 
Une place insuffisante, dans la formation initiale en France, laissée aux valeurs de l'engagement citoyen et à l'apprentissage de la vie collective ? (voir notre article du 2 avril 2012 sur le bénévolat dans les programmes d'éducation civique de l'Education Nationale)

Un manifeste pour un CV citoyen "qui dit tout"
Un manifeste pour un CV citoyen a été initié et signé par un grand nombre d'organismes et d'associations. En voici les considérants :
  • "les compétences, savoir-faire et savoir-être d'une personne émanent de son parcours scolaire, professionnel et aussi de son engagement extra-professionnel
  • La diversité des profils dans une entreprise et la singularité des parcours sont sources de richesse et d'innovation supplémentaires
  • Les responsabilités bénévoles et la capacité d'engagement des personnes pour la société doivent être davantage valorisées
  • La conciliation de l'engagement personnel et de la vie professionnelle est un vecteur de l'accomplissement de chacun et de tous
  • La convergence de la diversité des engagements citoyens des salariés avec la responsabilité économique sociale et sociétale de leur employeur est facteur de développement durable".
Pour en savoir plus sur le manifeste et le CV citoyen. Vous y trouverez aussi des conseils pour construire un "CV citoyen" en complément à un CV purement professionnel, et aurez la possibilité de le bâtir en ligne !


Notons au passage la création de l'Institut du Service Civique   qui offre à des jeunes ayant effectué un service civique et qui ont révélé "un sens des responsabilités, une capacité d'initiative, un esprit d'équipe, un engagement, une motivation.....grâce auxquels ils peuvent porter des projets ambitieux", l'opportunité de suivre à l'Institut une session de séminaires et de conférences et d'avoir l'opportunité de rencontres. En effet, grâce à un partenariat avec des employeurs et des établissements d'enseignement qui "souhaitent enrichir leurs équipes en valorisant ces qualités spécifiques mais ne savent par comment rencontrer les jeunes qui en sont porteurs", l'Institut se propose de favoriser ces rencontres et donner aux jeunes volontaires l'occasion de promouvoir leur projet personnel.

Le CV citoyen, l' Institut du Service Civique, ne sont-ils pas deux projets concrets qui risquent de bouleverser les pratiques traditionnelles du recrutement et donner une "bouffée d'oxygène" aux entreprises qui "oseront" ?

Plus que jamais, l'expérience bénévole occupe une place reconnue dans le fonctionnement d'une société, mais il faut s'interroger aussi sur ses limites. Les bénévoles ne sont-ils pas en train de devenir les nouveaux stagiaires ?  


Aucun commentaire:

Publier un commentaire